Skip to main content

Comme des frites dans l’huile bouillante

C'est l'expression que Philippe Watrelot a évoquée dans son blog (Chronique éducation) pour caractériser la situation des nouveaux enseignants français qui vont commencer leur travail à la rentrée. Ils auront plus de cours, moins de temps de réflexion et peu de soutien.

Au Royaume-Uni je crois que nous pouvons nous féliciter un peu du fait que nos profs sont dans l'ensemble bien formés. Ils ont le temps de pratiquer leurs compétences dans deux établissements différents pendant plusieurs semaines, en faisant un emploi du temps réduit et en prenant du recul par un entretien hebdomadaire avec un "tuteur" expérimenté ("mentor" en anglais). J'ai eu l'occasion moi-même d'aider des stagiaires et c'est un processus qui fonctionne bien. Je dirais même que nos profs sont mieux formés que jamais.

En France ce qui compte dans l'enseignement, c'est la prouesse intellectuelle, non pas la capacité de transmettre ses connaissances a des clients de plus en plus exigeants. Au Royaume-Uni on a plutôt mis l'accent sur les méthodes de travail et les moyens de faire avancer les élèves de tous les niveaux intellectuels.

Il semblerait que la récente réforme de la formation des profs (la "masterisation") a fait peu pour améliorer la situation.  Voici ce que Libération en dit:

«Dans quelques jours, des professeurs débutants vont se retrouver dans des classes avec des services entiers [dix-huit heures de cours par semaine pour un certifié, ndlr] sans savoir comment faire un cours» : Philippe Tournier, le secrétaire général du SNPDEN-Unsa (le syndicat majoritaire des chefs d’établissement), a résumé hier une inquiétude unanime en cette rentrée. Avec l’application de la réforme de la formation des enseignants, les débutants vont débarquer devant les élèves sans avoir été formés. «Nous redoutons de nombreux départs et démissions», a-t-il ajouté.
C’est un leitmotiv dans les conférences de presse des syndicats qui se succèdent ces jours-ci : on envoie les jeunes profs au casse-pipe… La réforme (la «masterisation») impose aux profs d’avoir désormais un master au lieu, généralement, d’une licence. Surtout, elle supprime l’année de formation en alternance que les jeunes suivaient après avoir réussi leur concours. Officiellement, le but est d’aligner la France sur le modèle européen de formation des profs et de revaloriser les salaires des débutants qui augmentent de 10% à la rentrée. Autre objectif, moins avouable : mécaniquement, la réforme permet d’économiser 16 000 postes.
«Depuis le début, cette réforme est menée dans des conditions catastrophiques, souligne Philippe Tournier, quoiqu’il arrive au printemps 2012 [allusion à la présidentielle], il faudra rouvrir le dossier.» Mais en attendant, il faut faire avec. «Certains stagiaires [débutants] s’en sortiront, car ils sont talentueux», prédit le patron du SNPDEN. Mais d’autres, incapables d’installer leur autorité, risquent de perdre pied et de se décourager. «Or, avec un master de physique ou de maths en région parisienne, on peut trouver autre chose avec de meilleures conditions de travail, avertit Philippe Tournier, à terme on peut manquer de profs comme en Angleterre.»
Le ministère de l’Education a laissé une grande liberté aux rectorats pour appliquer la réforme. Du coup, c’est le bazar : on trouve tous les cas de figure. Dans certaines académies, les stagiaires auront quinze heures de cours, avec trois heures réservées à la formation qu’ils suivront chaque semaine ou regroupées lors d’un stage. Il faudra alors les remplacer, ce qui sera compliqué en ces temps de suppression de postes. Dans d’autres académies, ils feront dix-huit heures, avec des plages de formation en plus. Dans quelques-unes encore, ils partiront d’abord en formation et ne découvriront leurs classes qu’à la Toussaint.
La plupart ont eu droit ces jours-ci à une journée d’accueil au rectorat et, pour les plus chanceux, à deux jours de formation (appelés «kit de survie») pour apprendre à préparer leurs premiers cours… Dans la mesure du possible, les rectorats ont évité de les affecter dans des établissements difficiles ou à cheval sur plusieurs. Selon les syndicats, ce n’est toutefois pas le cas partout.
Mais le grand problème est le manque de «tuteurs». Les débutants devaient être accueillis et aidés par des profs chevronnés de leur établissement. Mais beaucoup ont refusé - le Snes, syndicat majoritaire du secondaire, prône le boycott -, et de nombreux stagiaires vont se retrouver sans tuteur. Le ministère a pourtant promis 2 000 euros l’année aux professeurs qui accepteraient. «On finira bien par en trouver, prévoit Philippe Tournier, surtout des jeunes sans expérience. Mais dans ce cas on aurait pu demander à des stagiaires de devenir les tuteurs d’autres stagiaires.»

Comments

Popular posts from this blog

A zero preparation fluency game

I am grateful to Kayleigh Meyrick, a teacher in Sheffield, for this game which she described in the Languages Today magazine (January, 2018). She called it “Swap It/Add It” and it’s dead simple! I’ve added my own little twist as well as a justification for the activity.

You could use this at almost any level, even advanced level where the language could get a good deal more sophisticated.

Put students into small groups or pairs. If in groups you can have them stand in circles to add a sense of occasion. One student utters a sentence, e.g. “J’aime jouer au foot avec mes copains parce que c’est amusant.” (You could provide the starter sentence or let groups make up their own.) The next student (or partner) has to change one element in the sentence, and so on, until you restart with a different sentence. You could give a time limit of, say, 2 minutes. The sentence could easily relate to the topic you are working on. At advanced level a suitable sentence starter might be:

“Selon un article q…

Google Translate beaters

Google Translate is a really useful tool, but some teachers say that they have stopped setting written work to be done at home because students are cheating by using it. On a number of occasions I have seen teachers asking what tasks can be set which make the use of Google Translate hard or impossible. Having given this some thought I have come up with one possible Google Translate-beating task type. It's a two way gapped translation exercise where students have to complete gaps in two parallel texts, one in French, one in English. There are no complete sentences which can be copied and pasted into Google.

This is what one looks like. Remember to hand out both texts at the same time.


English 

_____. My name is David. _ __ 15 years old and I live in Ripon, a _____ ____ in the north of _______, near York. I have two _______ and one brother. My brother __ ______ David and my _______ are called Erika and Claire. We live in a _____ house in the centre of ____. In ___ house _____ …

Preparing for GCSE speaking: building a repertoire

As your Y11 classes start their final year of GCSE, one potential danger of moving from Controlled Assessment to terminal assessment of speaking is to believe that in this new regime there will be little place for the rote learning or memorisation of language. While it is true that the amount of learning by heart is likely to go down and that greater use of unrehearsed (spontaneous) should be encouraged, there are undoubtedly some good techniques to help your pupils perform well on the day.

I clearly recall, when I marked speaking tests for AQA 15-20 years ago, that schools whose candidates performed the best were often those who had prepared their students with ready-made short paragraphs of language. Candidates who didn't sound particularly like "natural linguists" (e.g. displaying poor accents) nevertheless got high marks. As far as an examiner is concerned is doesn't matter if every single candidate says that last weekend they went to the cinema, saw a James Bond…

Worried about the new GCSEs?

Twitter and MFL Facebook groups are replete with posts expressing concerns about the new GCSEs and, in particular, the difficulty of the exam, grades and tiers. I can only comment from a distance since I am no longer in the classroom, but I have been through a number of sea changes in assessment over the years so may have something useful to say.

Firstly, as far as general difficulty of papers is concerned, I think it’s fair to say that the new assessment is harder (not necessarily in terms of grades though). This is particularly evident in the writing tasks and speaking test. Although it will still be possible to work in some memorised material in these parts of the exam, there is no doubt that weaker candidates will have more problems coping with the greater requirement for unrehearsed language. Past experience working with average to very able students tells me some, even those with reasonable attainment, will flounder on the written questions in the heat of the moment. Others will…

New GCSE resources on frenchteacher

As well as writing resources for the new A-levels, I have in recent months been posting a good range of materials to support the new GCSEs. First exams are not until 2018, but here is what you can find on the site in addition to the many other resources (grammar exercises, texts, video listening etc).

I shall not produce vocabulary lists since the exam board specifications now offer these, with translations.

Foundation Tier 

AQA-style GCSE 2016 Role-plays
AQA-style GCSE 2016 Photo card conversations
AQA-style GCSE 2016 Photo card conversations (2)
100 translation sentences into French (with answers)
Reading exam
Reading exam (2)
How to write a good Foundation Tier essay (ppt)
How to write a good Foundation Tier essay (Word)

Higher Tier 

AQA-style GCSE 2016 Photo card conversations (Higher tier)
AQA-style GCSE 2016 Photo card conversations (Higher tier) (2)
20 translations into French (with answers)
Reading exam (Higher tier)
How to write a good Higher Tier essay (ppt)
How to write a…