Skip to main content

Comme des frites dans l’huile bouillante

C'est l'expression que Philippe Watrelot a évoquée dans son blog (Chronique éducation) pour caractériser la situation des nouveaux enseignants français qui vont commencer leur travail à la rentrée. Ils auront plus de cours, moins de temps de réflexion et peu de soutien.

Au Royaume-Uni je crois que nous pouvons nous féliciter un peu du fait que nos profs sont dans l'ensemble bien formés. Ils ont le temps de pratiquer leurs compétences dans deux établissements différents pendant plusieurs semaines, en faisant un emploi du temps réduit et en prenant du recul par un entretien hebdomadaire avec un "tuteur" expérimenté ("mentor" en anglais). J'ai eu l'occasion moi-même d'aider des stagiaires et c'est un processus qui fonctionne bien. Je dirais même que nos profs sont mieux formés que jamais.

En France ce qui compte dans l'enseignement, c'est la prouesse intellectuelle, non pas la capacité de transmettre ses connaissances a des clients de plus en plus exigeants. Au Royaume-Uni on a plutôt mis l'accent sur les méthodes de travail et les moyens de faire avancer les élèves de tous les niveaux intellectuels.

Il semblerait que la récente réforme de la formation des profs (la "masterisation") a fait peu pour améliorer la situation.  Voici ce que Libération en dit:

«Dans quelques jours, des professeurs débutants vont se retrouver dans des classes avec des services entiers [dix-huit heures de cours par semaine pour un certifié, ndlr] sans savoir comment faire un cours» : Philippe Tournier, le secrétaire général du SNPDEN-Unsa (le syndicat majoritaire des chefs d’établissement), a résumé hier une inquiétude unanime en cette rentrée. Avec l’application de la réforme de la formation des enseignants, les débutants vont débarquer devant les élèves sans avoir été formés. «Nous redoutons de nombreux départs et démissions», a-t-il ajouté.
C’est un leitmotiv dans les conférences de presse des syndicats qui se succèdent ces jours-ci : on envoie les jeunes profs au casse-pipe… La réforme (la «masterisation») impose aux profs d’avoir désormais un master au lieu, généralement, d’une licence. Surtout, elle supprime l’année de formation en alternance que les jeunes suivaient après avoir réussi leur concours. Officiellement, le but est d’aligner la France sur le modèle européen de formation des profs et de revaloriser les salaires des débutants qui augmentent de 10% à la rentrée. Autre objectif, moins avouable : mécaniquement, la réforme permet d’économiser 16 000 postes.
«Depuis le début, cette réforme est menée dans des conditions catastrophiques, souligne Philippe Tournier, quoiqu’il arrive au printemps 2012 [allusion à la présidentielle], il faudra rouvrir le dossier.» Mais en attendant, il faut faire avec. «Certains stagiaires [débutants] s’en sortiront, car ils sont talentueux», prédit le patron du SNPDEN. Mais d’autres, incapables d’installer leur autorité, risquent de perdre pied et de se décourager. «Or, avec un master de physique ou de maths en région parisienne, on peut trouver autre chose avec de meilleures conditions de travail, avertit Philippe Tournier, à terme on peut manquer de profs comme en Angleterre.»
Le ministère de l’Education a laissé une grande liberté aux rectorats pour appliquer la réforme. Du coup, c’est le bazar : on trouve tous les cas de figure. Dans certaines académies, les stagiaires auront quinze heures de cours, avec trois heures réservées à la formation qu’ils suivront chaque semaine ou regroupées lors d’un stage. Il faudra alors les remplacer, ce qui sera compliqué en ces temps de suppression de postes. Dans d’autres académies, ils feront dix-huit heures, avec des plages de formation en plus. Dans quelques-unes encore, ils partiront d’abord en formation et ne découvriront leurs classes qu’à la Toussaint.
La plupart ont eu droit ces jours-ci à une journée d’accueil au rectorat et, pour les plus chanceux, à deux jours de formation (appelés «kit de survie») pour apprendre à préparer leurs premiers cours… Dans la mesure du possible, les rectorats ont évité de les affecter dans des établissements difficiles ou à cheval sur plusieurs. Selon les syndicats, ce n’est toutefois pas le cas partout.
Mais le grand problème est le manque de «tuteurs». Les débutants devaient être accueillis et aidés par des profs chevronnés de leur établissement. Mais beaucoup ont refusé - le Snes, syndicat majoritaire du secondaire, prône le boycott -, et de nombreux stagiaires vont se retrouver sans tuteur. Le ministère a pourtant promis 2 000 euros l’année aux professeurs qui accepteraient. «On finira bien par en trouver, prévoit Philippe Tournier, surtout des jeunes sans expérience. Mais dans ce cas on aurait pu demander à des stagiaires de devenir les tuteurs d’autres stagiaires.»

Comments

Popular posts from this blog

5 great zero preparation lesson ideas

When the pressure is on and there are only so many hours on the week, you need a repertoire of zero preparation go-to activities which promote input and/or practice. Here are five you might well find useful.

1. My weekend

We know that listening is the most important yet often neglected skill for language learning. It's also something some pupils find hard to do. To develop listening skill and provide tailored comprehensible input try this:

You tell the class you are going to recount what you did last weekend and that they have to make notes in English. The amount of detail you go into and the speed you go will depend on your class. Talk for about three minutes. If you spent the whole weekend marking, you can always make stuff up!

You then make some true or false (maybe not mentioned too) statements in the target language about what you said in your account. Class gives hands up (or no hands up) answers. This can then lead into a simple pair work task where pupils make up their own tru…

New GCSE resources on frenchteacher

As well as writing resources for the new A-levels, I have in recent months been posting a good range of materials to support the new GCSEs. First exams are not until 2018, but here is what you can find on the site in addition to the many other resources (grammar exercises, texts, video listening etc).

I shall not produce vocabulary lists since the exam board specifications now offer these, with translations.

Foundation Tier 

AQA-style GCSE 2016 Role-plays
AQA-style GCSE 2016 Photo card conversations
AQA-style GCSE 2016 Photo card conversations (2)
100 translation sentences into French (with answers)
Reading exam
Reading exam (2)
How to write a good Foundation Tier essay (ppt)
How to write a good Foundation Tier essay (Word)

Higher Tier 

AQA-style GCSE 2016 Photo card conversations (Higher tier)
AQA-style GCSE 2016 Photo card conversations (Higher tier) (2)
20 translations into French (with answers)
Reading exam (Higher tier)
How to write a good Higher Tier essay (ppt)
How to write a…

What teachers are saying about The Language Teacher Toolkit

"The Language Teacher Toolkit is a really useful book for language teachers to either read all the way through or dip into. What I like about it is that the authors Steve Smith and Gianfranco Conti are totally upfront about what they believe to be good practice but back it up with research evidence." (Ernesto Macaro, Oxford University Department of Education)

"I absolutely love this book based on research and full of activities..  The best manual I've read so far. One of our PDs from the Australian Board of Studies recommended your book as an excellent resource.  I look forward to the conference here in Sydney." Michela Pezzi, Teacher, Australia, Facebook)

"Finally, a book for World Language teachers that provides practical ideas and strategies that can actually be used in the classroom, rather than dry rhetoric and theory that does little to inspire creativity in ways that are engaging for both students and teachers alike." (USA teacher, Amazon review)

Making words memorable

Most teachers and researchers would agree that knowing words is even more important than knowing grammar if you wish to be proficient in a language. As linguist David Wilkins wrote in 1972: "Without grammar little can be conveyed, without vocabulary nothing can be conveyed."One of the frustrations for teachers is pupils' inability to retain vocabulary for productive use. A good deal of research has been done over the years into how pupils might better keep words in memory. Two concepts which have come to the fore are spacing and interleaving.

Spaced practice

A 2003 review of the literature by P.Y. Gu reported that most studies show that students frequently forget words after learning them just once.  Anderson and Jordan (1928) discovered that after initial learning, then one week, three weeks and eight weeks thereafter, the recall success was 66%, 48%, 39% and 37% respectively. Other studies have produced similar results. Unsurprisingly, these researchers recommend, space…

The Language Teacher Toolkit review

We were delighted to receive a review of The Language Teacher Toolkit from eminent applied linguist Ernesto Macaro from Oxford University. Macaro is a leader in the field of second language acquisition and applied linguistics. His main research interests are teacher-student interaction and language learning strategies pupils can use to improve their progress.

Here is Professor Macaro's review:
The Language Teacher Toolkit is a really useful book for language teachers to either read all the way through or dip into. What I like about it is that the authors Steve Smith and Gianfranco Conti are totally upfront about what they believe to be good practice but back it up with research evidence. So for example the ‘methodological principles’ on page 11 are supported by the research they then refer to later in the book and this approach is very similar to the one that we (Ernesto Macaro, Suzanne Graham, Robert Woore) have adopted in our ‘consortium project’(http://pdcinmfl.com). The point i…